Les archives russes

Pourquoi est-ce si compliqué?

Il y a quelque chose à savoir à propos des archives russes avant de les consulter

  • L’état civil ayant plus que 100 ans (1917 et plus tôt) se trouvent dans les archives régionales. Certaines de ces archives régionales répondent aux demandes généalogiques particuliers elles-mêmes à distance, les autres refusent de faire des rechereches et dans ce cas il faut se rendre directement dans la salle de lecture

  • L’état civil ne sont pas encore numérisées. Cela signifie qu’il faut consulter les documents originaux des registres paroissiaux, lesquelles peuvent avoir jusqu’à 800 pages dans les églises des grandes villes. Il n’y a évidemment pas de bases de données à consulter à l’exeption notable de la base de familysearch. Il existe toutefois quelques exceptions à cette situation: archives de régions de Saint-Petersbourg et d’Yaroslavl. Elles bénéficient de leurs propres bases contenant les images numérisées des registres paroissiaux

  • Les fonds des registres paroissiaux, sont malhereusement en mauvais état. La dégradation physique de ces documents est très variable d’un fonds d’archives à un autre. Les archives des régions qui étaient sous occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale sont les plus abîmées. Ainsi les archives de la region de Rostov ne contiennent parfois aucun registre pour certains paroisses, les collections de registres des autres églises contientent des grandes lacunes. Dans ce cas de figure, il est indispensable de pouvoir consulter les autres sources généalogiques disponibles

  • Un parcours généalogique d’un sujet de l’Empire Russe dépend du statut social de cette personne. Les sources généalogiques sont différentes pour les nobles et les paysans (moujiks), les bourgeois et les cosaques

  • Les services des archives sont payant. Les tarifs pour chaque demande de recherche généalogique et de photocopie sont différentes d’un lieu à l’autre

Write a comment

Comments: 0